X
Une thérapie brève est une approche souvent psychologique d'un client ou d'un patient afin d'obtenir des résultats sur une très courte période, quelques fois en une ou deux séances (par exemple dans certains cas d'hypnothérapie).
Il existe plusieurs sortes de psychothérapies brèves qui se référent à plusieurs modèles théoriques (psychanalytique : Balint1 ; Malan ; Sifneos, Gilliéron, etc. ; systémique ; behavioriste, etc). Le modèle psychanalytique a encore développé des traitements brefs pour des enfants (Winnicott, Filippo Muratori & Francisco Palacio Espasa, etc.). Une de ses formes est née aux États-Unis dans la mouvance systémique après la Seconde Guerre mondiale, inspirée principalement par les travaux du psychiatre et psychothérapeute Milton Erickson, il s'agit de l'hypnose Ericksonienne. La thérapie brève systémique et stratégique a développé une autre forme de thérapie systémique brève, la programmation neuro-linguistique est elle d'inspiration behavioriste et la Thérapie brève centrée sur la solution (Carl Rogers) et l'EMDR sont inspirées par la mouvance "humaniste".
Dans la formation en Thérapie Brève Systémique, plus qu’une technique de communicative efficace, elle se présente comme une possibilité d’effectuer un changement. En thérapie ou en communication, le thérapeute pousse plus loin les patients afin de réaliser les changements intérieurs attendus. Ce sont ces principes qui sont à la base de nos formations en France.

La Programmation neuro-linguistique

Gregory Bateson présentera en 1974, Richard Bandler et John Grinder (les fondateurs de la programmation neuro-linguistique - PNL) à Milton Erickson, qu'ils vont modéliser7. Ils publieront ensuite Patterns of Hypnotic Techniques of Milton H. Erickson - tome 1 et 2. Ils modéliseront également la démarche de thérapie de couple de Virginia Satir8 (école de Palo Alto) avec laquelle ils publieront Changing With Families. Ils vont, dès 1976, faire des démonstrations publiques, par exemple, du modèle de résolution des phobies (double-dissociation) en 10 minutes9.

HTSMA (Hypnose, Thérapies Stratégiques et Mouvements Alternatifs)

L’HTSMA a été conceptualisé par le Dr Éric Bardot à partir de son intérêt pour l’attachement désorganisé chez l’enfant et le monde psychotraumatique.
Son idée est la suivante : comment la relation humaine, dans la diversité de ses potentialités, peut-elle être mobilisée au service de la thérapie, afin d’accompagner le patient à se séparer des effets destructeurs de ce monde traumatique ?
L’approche intrapsychique des problématiques humaines, pour stimulante qu’elle puisse être intellectuellement, montre une efficience relative dans ce type de problématique qui peut prendre toutes les formes de la pathologie mentale et psychosomatique.
De son expérience de pédopsychiatre, il a retiré trois points importants qui l’amèneront, dans une approche humaniste et phénoménologique, à l’hypnose éricksonienne :
  • l’importance de l’observation,
  • la place centrale du corps dans le développement de l’enfant tant psychomoteur qu’affectif et cognitif,
  • l’importance du jeu, du « comme si », de la capacité à jouer (effets d’apprentissage, de lâcher prise..).
Les influences de Jacob Levy Moreno d’une part, de John Bowlby et de Daniel Stern de l’autre, l’ont préparé à s’engager dans une approche relationnelle et interactionnelle des problématiques humaines.

À partir de sa formation en hypnose et, animé par cette idée, il va découvrir l’œuvre de Grégory Bateson, le travail de l’école de Palo Alto, puis l’approche de Steve de Shazer orientée solution, l’EMDR de Francine Shapiro, l’approche narrative de Mickael White qui vont influencer la modélisation de l’HTSMA.

La question du sens, et particulièrement du sens de la vie, comme l’exprimerait Victor Frankl, a également été présente, questionnant le rapport à la mort, à la folie, à l’exclusion et au-delà, à la question centrale de la transmission. L’HTSMA se définit comme une approche thérapeutique pragmatique et naturaliste prenant en compte la complexité des relations humaines. Elle part de l’idée que seuls les liens peuvent se modifier. Il s’agit dans un premier temps de transformer la déclinaison des problématiques sur un mode identitaire et intrapsychique en une mise en scène de la problématique sur un mode relationnel et interactionnel.

L'idée est d’accéder aux processus relationnels afin de les modifier dans un travail de coopération patient/thérapeute orienté vers les objectifs de vie du patient.
Modèles intégratifs

En 1988, l'Espace Du Possible (EDP) est créé à Tournai et plus tard Thérapies Brèves Plurielles (TBP) à Lille. Au départ des travaux de Milton Erickson et Bateson, le concept Thérapies Brèves s'élargit en y ajoutant le mot "Plurielles" qui associent sept modèles de thérapies brèves: Palo Alto, Erickson (et donc l'hypnose), Cummings, Farrelly, de Shazer (orientation solution), l'IMO, l'EMDR, (développé en HTSMA et en M.A.T.H ) et la thérapie narrative de White.

On note l'émergence de travaux sur une approche intégrative au sens large, comprenant un questionnement sur les facteurs communs, une approche d'intégration théorique, d'éclectisme technique ou d'intégration assimilative.
Fermer le Popup